Comment puis-je aider mon enfant à réussir à l’école ?

4
Partager :

Les parents qui soutiennent leurs enfants en tant qu’étudiants contribuent de manière significative à leur réussite scolaire. Comment y parvenir ? Consultez les conseils de la spécialiste Victoria Benarroch.

Texte : Victoria Benarroch

Lire également : Est-il normal qu'un bébé bouge beaucoup ?

La mondialisation et les communications nous posent de nouveaux défis en matière de parentalité. Nous observons dans les réseaux et dans la réalité non virtuelle la formation de groupes de mères, de pères, de familles, d’institutions et d’organisations à responsabilité sociale qui travaillent en équipe pour partager des expériences et des connaissances et soutenir l’éducation.

A lire également : Quelles vitamines sont bonnes pour les dents ?

Aujourd’hui, les parents se demandent comment aider leurs enfants à réussir à l’école. La question elle-même nous renseigne sur le changement radical en ce qui concerne l’influence de la famille sur l’éducation.

Le terme succès vient du latin extus, qui signifie « sortie », le succès fait alors référence au résultat final et satisfaisant d’une tâche. La réussite scolaire est un concept complexe, elle dépend de multiples dimensions qui s’entremêlent entre l’histoire personnelle et l’histoire de l’école ; avec l’idée de ce que c’est d’être un bon élève.

Des études montrent que la façon dont chaque personne construit son sens de soi, c’est-à-dire son identité, est décisive pour réussir. C’est pourquoi le travail du sens de l’identité est essentiel à l’apprentissage de nos enfants. L’identité se construit en fonction des expériences familiales, sociales et scolaires, non seulement avec des modèles pédagogiques et des relations avec les enseignants, mais aussi à travers les discours sociaux et les messages qu’ils véhiculent. D’où l’importance de prendre conscience des messages que nous transmettons à nos enfants et de la façon dont ils les interprètent.

Si nous comprenons uniquement par la réussite scolaire que nos enfants obtiennent de bonnes notes, nous ne sommes pas sur la bonne voie. Les bonnes notes sont important, cependant, l’essentiel est d’observer et d’intervenir dans ce qui se passe au cours du processus ; dans le processus d’apprentissage, dans les efforts déployés par l’enfant, dans sa capacité à demander de l’aide, dans la manière de se rapporter aux enseignants, avec le contenu et avec les matières.

La réussite scolaire précoce est directement liée à la capacité de lier les parents, les enseignants et les expériences d’apprentissage ; à la capacité de s’améliorer en termes qualitatifs (qualité) et quantitatifs (notes), avec le plaisir que ressentent nos enfants dans l’apprentissage, avec le besoin d’être surmonté, avec la recherche et la recherche les outils eux-mêmes pour acquérir des connaissances et mettre en œuvre les plans, les solutions et les objectifs proposés.

La qualité du lien établi avec l’étude, le sens de l’identité, l’estime de soi et la motivation sont des priorités pour la performance scolaire. Ces facteurs et autres qui y sont liés, ont un impact fondamental sur la performance.

La réussite ou l’échec scolaire n’est pas seulement une question d’études plus ou moins, il dépend de la présence de l’enfant dans les conditions nécessaires à un apprentissage efficace et heureux. Les enseignants, les parents et même les amis jouent un rôle important dans ce processus.

Il est essentiel de se préparer à réfléchir, à comprendre ces questions et à offrir à nos enfants les bonnes conditions si nous voulons assurer la réussite scolaire et la « réussite » scolaire pendant l’école primaire et en général à l’école.

Selon les études réalisées, les facteurs ou astuces à développer pour une bonne performance sont les suivants :

  1. Motivation : C’est l’effort que notre enfant est prêt à faire pour réaliser quelque chose, c’est l’impulsion positive qui soutient la force d’action et indique sa direction.

La motivation intrinsèque et externe est qui vient de l’enfant, de la façon dont il se perçoit et connaît ses faiblesses et ses forces, de sa capacité à explorer, à oser entreprendre de nouvelles tâches et à tolérer la frustration pour apprendre, se reconstruire et grandir à partir de celle-ci.

Au cours de l’éducation de la petite enfance, les enfants apprennent grâce à diverses activités où les jeux abondent. Ces éléments sont essentiels pour motiver les enfants à explorer, observer, se connaître et apprendre à se connaître. Lorsque les enfants de trois ans commencent à façonner leurs griffonnages, pour tenter d’ « écrire » quelque chose, il est plus pratique que l’enseignant ne les corrige pas, ne leur dise pas que c’est faux, même, il est très important qu’ils les louent pour semer l’enthousiasme de vous-même, que vous le fassiez, passez à autre chose.

Tout au long de l’enseignement primaire, ce qui est bien ou mal dans l’apprentissage subit des processus de transformation et de construction dans lesquels les élèves perçoivent la les résultats de leurs efforts, tels que le type d’informations que les enseignants et les parents leur fournissent à leur sujet.

Pendant la maternelle et l’enseignement primaire, l’important est que l’enfant socialise, s’amuser et s’intégrer. Au deuxième cycle de l’école primaire, les exigences scolaires sont axées sur la maîtrise de l’alphabétisation et du calcul, de sorte que les élèves passent du plaisir à l’avoir à faire. Cette étape devrait être soutenue par des messages positifs pour accompagner les enfants pour qu’ils apprennent à voir « à quel point il est agréable de faire ce qu’ils ont à faire ». Les parents doivent continuer à mener des activités avec eux là où le jeu est incorporé. Jouer avec eux, communiquer, écouter, c’est le meilleur moyen de les accompagner durant cette transition.

Il est important, avant et pendant cette étape, d’évaluer s’il existe des aspects cognitifs, psychologiques ou autres dans lesquels les enfants ont été laissés pour compte afin de pouvoir intervenir à temps, revenir vers eux et les aider. de les niveler avec l’aide de professionnels qualifiés ou avec le soutien de membres de la famille préparés à domicile. De cette façon, nous pouvons prévenir les problèmes d’apprentissage à l’avenir.

De nombreuses études fournissent des données à l’appui de l’hypothèse de la relation entre motivation et performance. Il est donc important de connaître les facteurs qui influencent la motivation à apprendre dans le contexte scolaire, afin de pouvoir influencer et savoir comment les transmettre à nos enfants à chaque occasion.

Les principaux aspects à prendre en compte pour fournir aux enfants une rétroaction réaliste sur leurs résultats d’apprentissage afin de rester motivés sont les suivants :

  • Encourager la capacité de réfléchir à son propre style d’apprentissage et à ses résultats pour créer des stratégies appropriées, de cette façon, l’enfant ne perçoit pas qu’il manque de contrôle. Cela augmente l’estime de soi parce qu’il est le produit de l’autorégulation, de ses décisions et de ses réflexions.
  • Communiquer les attentes de manière cohérente : Nous devons prendre soin du langage corporel afin qu’il ne le contredise pas verbalement, et essayer de décrire les résultats avec amour, affection, plutôt que de simplement émettre des éloges ou des critiques.
  • Évitez de faire des éloges sans raison. Il est efficace de raconter les progrès de votre enfant, en expliquant les preuves qui soutiennent cet éloge, en récompense de son effort, qui a un effet positif sur sa motivation intrinsèque (celle qui vient de l’intérieur).
  • Travaillez sur la valeur réelle du succès, essayez de faire comprendre que les mesures prises pour atteindre un objectif sont importantes et que les erreurs sont des échecs qui peuvent être résolus. Attribuez les succès ou les échecs à des causes objectives telles que le dévouement, l’évaluation ensemble, ce qui aurait pu se passer du réel et émotionnel. Haute estime de soi : Pour développer un sentiment de sécurité, ce que notre enfant croit de lui-même est important. Ce concept se construit dès les premières années de vie. Pour cette raison, si nos enfants grandissent dans un environnement où les parents, les enseignants ou les proches ont des attentes positives à leur égard, ils grandiront et seront formés avec des concepts positifs et leurs résultats scolaires seront couronnés de succès. Cela sera encore plus assuré s’il y a une bonne communication. Les parents peuvent parler des résultats obtenus en fonction non seulement de leurs attentes, mais principalement des attentes de l’enfant, des efforts déployés le cas échéant.
  • Les enseignants se sont préparés de manière académique et émotionnelle de manière globale. Pour vérifier que nous avons de bons enseignants, nous devons nous assurer qu’ils se soucient de renforcer l’estime de soi des élèves ; ils ne les blâment pas pour leurs échecs mais ils essaient d’en rechercher les causes ; ils ne les ridiculisent pas et ne laissent pas les autres le faire ; ils tiennent les parents au courant de ce qui se passe et rendent leurs cours agréables.
  • Parents et soignants préparés  : La préparation émotionnelle des parents et des soignants est importante. Comprendre le poids d’être bien avec soi-même, de grandir jour après jour, d’apprendre à pouvoir accompagner en fonction des besoins réels des enfants et non en fonction de nos besoins particuliers. Cela implique une coscience et souvent la recherche de conseils aux parents. Les parents et les personnes qui s’occupent des enfants doivent également être en mesure de favoriser le développement d’une saine estime de soi, de ne pas les humilier, de ne pas les étiqueter et de ne pas les comparer à leurs frères et sœurs ; de les accepter et de les apprécier.
  • Temps d’étude : suffisamment de temps de qualité pour étudier à la maison et à l’extérieur de la classe. Il est important de coordonner le temps pour que les enfants soient calmes lorsqu’il s’agit de se rencontrer les devoirs et les études, adaptent les horaires en fonction de leurs caractéristiques individuelles et des situations familiales particulières. Les activités complémentaires sont importantes pour permettre à nos enfants d’interagir avec l’environnement et d’explorer leurs compétences : jouer au jeu, participer à des championnats sportifs, observer la nature, jouer librement avec des amis, etc.
  • Soyez entendu : Les enfants ont besoin d’être entendus, ils n’ont pas besoin d’adultes qui les bombardent de questions sur leurs devoirs en tout temps. Il est important de parler de ce qu’ils ont fait en classe et de leurs sentiments, de ce qu’ils apprennent et de ce qu’ils veulent savoir, de consulter leur carnet de notes pour voir ce qu’on leur a enseigné et quels messages leurs enseignants ont envoyés.
  • Famille et école, en communication : Il est important que les parents et les enseignants aient une communication constante afin qu’ils échangent leurs points de vue sur l’enfant et non les contredisent ; aussi pour explorer ensemble des solutions et développer leurs compétences, même lorsque l’enfant a des difficultés, il est souhaitable de les surmonter de ses forces. La façon dont les parents s’expriment à propos de l’école peut influencer leurs perceptions de manière négative ou positive ; cela ne veut pas dire que les parents ne critiquent pas les situations scolaires, mais qu’il y a une maîtrise de soi et un respect pour la façon dont nous traitons les situations, que nous sommes capables d’écouter l’enfant et de vérifier avec l’école pour trouver des solutions.
  • Lecture : Il est important de motiver l’enfant à comprendre ce qu’il lit, qu’il a l’intention de connaître, à apprendre à se connaître et à se sentir à l’aise, car la lecture est la base de tout apprentissage. Un enfant qui lit correctement comprend ce qui est écrit dans les manuels scolaires, ce qu’on lui demande dans ses examens et ce qu’il trouve sur les réseaux. C’est également l’occasion de vous aider à développer une pensée réfléchie. Si les parents lisent, les emmènent dans des foires et des librairies, si l’enfant a du matériel intéressant à lire, nous semerons la graine de la réussite scolaire.
  • Une bonne bibliothèque. En plus d’avoir les fournitures scolaires nécessaires pour faire vos devoirs, il est important d’avoir du matériel de lecture à la maison, comme des magazines et des livres adaptés à votre âge, des livres que vous aimez et aussi d’aller à la bibliothèque. Dès l’âge de 2 ans, vous pouvez regarder des textes, des vidéos ou écouter de la musique et participer à des activités artistiques. Il est important d’apprendre à rechercher des informations sur les réseaux, à les choisir et à les discerner ; l’accompagnement à cet égard est essentiel pour éviter les distorsions et les interprétations qui affectent le développement émotionnel et l’apprentissage.
  • Début de la scolarité et de la formation à partir du foyer : L’éducation part du foyer, il y a les fondements, du lien maternel et familial, de « la mémoire du cœur ». Les jeunes enfants qui ont des parents qui les écoutent, qui leur parlent de questions qui les touchent et les intéressent, qui partagent avec eux des opinions sur le monde et qui leur enseignent de bonnes habitudes, qui respectent leurs idées et leurs façons de penser en apprenant à l’enfant à réfléchir, réussissent mieux à l’école. Chez les jeunes enfants, certaines études montrent que lorsque les enfants ne sont pas motivés à participer à une conversation, ils ont souvent de la difficulté à apprendre à lire. De plus, ceux qui n’ont pas appris à écouter ont de la difficulté à suivre les instructions ou à prêter attention en classe.
  • L’importance des amis. Les pairs ont une grande influence sur la formation des valeurs et des comportements des enfants et des jeunes, il est donc recommandé que les parents et les enseignants en profitent pour S’il vous plaît Par exemple : donnez-leur la liberté d’étudier, de travailler avec des amis, de favoriser l’amitié.
  • Tâches productives. Ce sont ceux pour lesquels l’enfant comprend à quoi il sert, peuvent être réalisés à partir des enseignements reçus en classe, dans les activités parascolaires, à la maison et ont besoin de matériel proportionnel à son âge, son niveau émotionnel, son niveau cognitif et ses possibilités économiques.
  • Espace adéquat : À la maison, il devrait y avoir un endroit confortable et particulier pour faire ses devoirs ; un bureau bien éclairé, sans distracteurs tels que la télévision, la radio ou les jeux vidéo et même les petits frères qui volent. Vous devez avoir un horaire pour les exécuter, développer la notion temporelle et étudier les habitudes.
  • motivation des enfants à apprendre La est une tâche des parents, des enseignants et des soignants. Partez de notre propre motivation pour les exciter et voir ce qu’il faut apprendre, étudier est leur travail « agréable » qui les amène à s’amuser, à relever des défis et à surmonter les obstacles. Il est essentiel d’être créatif à cet égard.
  • La communication est à la base d’un bon développement psychosocial, l’expression de sentiments et d’idées aide les enfants dans leurs résultats scolaires, car elle leur permet de se sentir pris en compte et donc motivés.
  • L’organisation du temps et de l’espace contribue à obtenir de bons résultats scolaires car elle laisse place à des limites, à l’espace individuel pour étudier, se retrouver et se programmer en fonction des objectifs.
  • Développement de l’attention et de la mémoire : Dès le plus jeune âge, il est possible d’intervenir auprès des enfants pour initier des activités d’observation, d’attention et de rétention. Si ce processus commence avant l’école primaire et continue d’être renforcé par des exercices et des activités spécifiques, le les enfants obtiendront de meilleurs résultats scolaires. Les activités artistiques, l’artisanat, les jeux de société, les sports tels que la natation, le ballet, la gymnastique et autres développent et renforcent le processus d’attention.
  • Créativité : La capacité de créer est associée à la pensée critique qui est nécessaire pour développer la capacité d’apprendre, donc développer la créativité, contribuera à la réussite scolaire.
  • Les compétences nécessaires pour mener à bien les activités d’apprentissage et le bon environnement. La performance implique en fin de compte la réalisation d’objectifs valorisés personnellement ou socialement dans un contexte donné. Par conséquent, elle nécessite une personne formée qui sait apprendre, motivée et désireuse d’apprendre, et un environnement qui fournit les sources, le soutien et les ressources nécessaires pour faciliter l’accomplissement. de buts.

Parents qui soutiennent leurs enfants en tant qu’élèves, contribuent de manière significative à leur réussite scolaire, mais malgré l’intérêt et la préoccupation des parents à soutenir les performances de leurs enfants, la réalité montre que, grâce aux problèmes quotidiens, la vitesse à laquelle nous traversons la crise économique actuelle qui pousse les parents à travailler de nombreuses heures, associé au thème des communications en réseau ; les parents n’arrivent pas toujours à avoir le temps de s’arrêter et d’examiner les problèmes particuliers de leurs enfants, de regarder des textes et des tâches et de parler paisiblement avec eux.

Les parents qui suivent la scolarité de leurs enfants, sont disponibles pour travailler avec eux et sont en contact avec les enseignants, créent le meilleur lien pour la réussite scolaire de leurs enfants. À l’école primaire, l’enseignant doit travailler en collaboration avec les parents afin que l’élève ait une base plus solide qui permette des attitudes. et des compétences qui renforcent leur intérêt pour les études, d’où l’importance pour les parents de concentrer leur attention sur l’apprentissage de leurs enfants et de cesser de placer toute responsabilité dans l’école, car elle ne peut jamais remplacer les parents, ni chercher à éduquer pleinement les élèves sans la coopération d’eux et des enseignants.

À l’heure actuelle, avec des parents occupés et des enfants qui ne reçoivent pas les soins dont ils ont besoin, les résultats scolaires sont parfois négligés. Les ménages qui manquent de motivation positive pour étudier et d’organiser correctement le processus d’orientation des enfants créent des étudiants désorganisés ou désintéressés par les études.

Il est donc important d’encourager les parents à demander un soutien psychoéducatif en cas d’observation ou de doute. Ne fermez pas les yeux et consultez des professionnels qualifiés pour les accompagner afin de suivre le développement intégral de vos enfants, vous aidera à évaluer les faiblesses et les forces de votre enfant, à intervenir et à prévenir à temps toute inadéquation qui existe. La clé est de communiquer honnêtement et de prendre en compte les suggestions de l’école à temps pour intervenir si nécessaire, déployer votre amour, grandir et aider vos enfants à grandir rendra les enfants plus heureux et plus réussis dans leurs études.

Des câlins,

Victoria Bénarrroch.

Partager :