Pourquoi devrais-je crier au lieu de parler ?

8
Partager :

La plupart des parents pensent qu’ils devraient cesser de crier après leurs enfants mais, sans s’en rendre compte, ils se surprennent en criant encore et encore. Il semble que nos enfants n’obéissent pas jusqu’à ce que, fatigués de répéter le même ordre, nous leur crions dessus. Il est vrai que le cri attire votre attention au début, mais à long terme, il cessera de faire effet et que ferons-nous ensuite ? Crier plus fort, crier plus longtemps, crier en direct ?

A lire aussi : Quelle doit être la couleur de la veilleuse de mon enfant ?

Est-il possible d’éduquer sans crier ?

Je vous laisse également mon explication en vidéo

De toute évidence, oui. En fait, ce devrait être notre choix. Nos enfants ont appris à ne pas obéir jusqu’à ce qu’ils nous voient vraiment en colère et c’est une mauvaise habitude qu’ils ont acquise. C’est donc une habitude que nous devons faire disparaître et en générer une plus saine. Les cris entraînent notre les enfants ne doivent pas écouter tant que leur voix n’aura pas été élevée. Plus nous l’utilisons, plus nous les entraînons et plus il nous en coûtera d’obéir sans crier.

A lire aussi : Comment décongeler une bouteille de lait maternel ?

Arrêter de crier n’est pas facile car cela signifie avoir une grande maîtrise de soi sur nos émotions, en particulier à cause de la colère et de la colère que nous voyons la désobéissance quotidienne de nos enfants engendrer. C’est un entraînement qui prend du temps. Nous saurons d’abord ralentir la minute où nous crions, mais petit à petit, nous pourrons nous arrêter avant de commencer à crier , il s’agit de le proposer, il s’agit de l’ajouter à la liste d’objectifs 2021.

Et pour que vous puissiez faire comme moi et mettre ce souhait sur votre liste, je vais vous donner 5 raisons d’arrêter d’éduquer sans crier qui vous convaincront :

1. Les cris rendent les enfants sourds

Toute explication ou tout apprentissage que nous voulons leur donner le cri sera inutile, car les oreilles de nos enfants se ferment automatiquement après l’avoir entendu. Après une interaction négative, personne n’est prêt à écouter avec une attention réelle et désireux d’apprendre et de s’améliorer, ce qui ne peut être réalisé qu’avec des interactions positives. Si nous voulons améliorer nos enfants, nous ne le ferons pas crier .

Le cri est une réponse d’agressivité et non d’affirmation de soi, ce qui provoque une réponse similaire. Peut-être que dans leur enfance, ils ne nous répondront pas en criant, mais ce n’est qu’une question de temps avant d’utiliser le cri comme réponse.

2. Les cris n’aident pas à gérer les émotions

Nous sommes un exemple du comportement de nos enfants. Lorsque nous perdons le contrôle et que nous crions, ce que nous leur apprenons, c’est à gérer la colère et la colère de manière agressive. Nous allons avoir des adolescents pleins de colère qui crient et perdent le contrôle face à l’explosion d’émotions que nous avons à ce stade évolutif. Si nous aidons nos enfants à le gérer différemment, avec maîtrise de soi, calmement, en parlant ouvertement des émotions à la maison, ils apprendront à donner des réponses plus appropriées à la colère et à la colère. Si vous entendez des cris, vous apprenez à crier.

n’est pas facile de gérer des émotions telles que la colère ou la colère. En fait, il est probable que bon nombre d’entre nous n’ont pas appris à le faire. C’est pourquoi, parfois, il nous est très difficile de nous contrôler et de ne pas crier Il . En fin de compte, c’est un apprentissage que nous devons nous aussi faire.

3. Les cris effrayent nos enfants

Ils ressentent d’abord de la peur, puis de la colère et de l’impuissance. Est-ce la peur que nous voulons que nos enfants ressentent ? Certainement pas, notre intention quand on crie, c’est qu’ils obéissent, qu’ils apprennent, qu’ils font ce qu’il faut, qu’ils nous respectent, etc… mais nous ne voulons pas leur faire peur. Par conséquent, avec notre attitude, nous n’obtenons pas l’effet que nous voulons : le respect se gagne en respectant, l’obéissance se gagne avec patience, l’apprentissage prend du temps et des efforts et si nous agissons correctement dépendra en grande partie de notre propre comportement.

4. Les cris les chassent

Chaque fois que nous leur crions dessus, nous plaçons une pierre sur un mur qui nous sépare. Nous perdons l’autorité positive, nous perdons le respect, nous perdons la communication, nous prenons de la distance, nous gagnons de la froideur dans les relations, nous gagnons plus de cris et nous gagnons de l’inconfort émotionnel.

5. Plus il y a de cris, moins il y a d’estime de soi

L’éducation criante a un effet désastreux sur l’estime de soi de nos enfants. Loin de penser que nous sommes fiers de leurs réalisations et de leur efforts, ce qu’ils ressentent, c’est qu’ils ne sont jamais à la hauteur, quoi qu’ils fassent, des cris apparaissent toujours et effacent tout sentiment d’avoir fait quelque chose de bien. Un cri est si fort qu’il peut effacer les éloges que vous avez pu vous faire tout au long de la journée. Notre enfant ne se souviendra que du cri et de ce qu’il a mal fait. C’est pourquoi le sentiment de ne jamais rien faire de bien augmente.

Mais comment pouvons-nous arrêter de crier ?

1. Acquérir un engagement

Ce sera comme un pacte familial où nous nous engageons à cesser de crier et à parler avec respect. Nous dirons à nos enfants que nous apprenons à le faire et qu’ils devront nous aider, que nous risquons de faire des erreurs mais que s’ils font preuve de patience à chaque fois, nous ferons mieux.

2. Notre travail en tant que parents est de contrôler nos émotions

Avec la gestion de nos émotions, nous leur apprenons à contrôler les leurs. Si nous sommes un bon exemple, ils seront meilleurs. Nous devons donc commencer à travailler avec nos émotions, ce que nous ressentons, ce que nous transmettons et la façon dont nous les contrôlons. C’est un entraînement qui demande du temps et des efforts. Travailler sur notre gestion des émotions est une question en suspens. Cela nous rendra meilleurs et rendra nos enfants meilleurs.

3. N’oubliez pas que les enfants doivent agir comme des enfants

Il y a des centaines de fois que j’ai entendu des parents dire en consultation :

  • Je dois juste lui répéter mille fois qu’elle s’habille. Chaque matin, c’est la même histoire. Il est clair que vous aimez me voir en colère
  • .

  • Quel âge a votre enfant ?
  • Cinq ans. Je pense qu’il sait déjà ce qu’il devrait faire mais il ne pense qu’à jouer.

Face à cela, je dis toujours la même chose : ce qui m’inquiéterait vraiment, c’est que vous vous asseyez sur cette chaise et que vous me disiez que votre enfant de cinq ans s’habille tout seul tous les matins sans que vous ayez besoin de lui rappeler Que devriez-vous faire ? Parce qu’alors je suis sûr qu’il y aurait un problème. Les enfants doivent jouer, c’est ce qu’ils doivent faire à cet âge et nous avons la responsabilité de leur rappeler chaque jour leurs devoirs. C’est notre travail de parent . Nous sommes des générateurs d’habitudes, nous devons tous les jours leur rappeler les mêmes choses jusqu’à ce qu’ils prennent l’habitude et ensuite nous devrons leur rappeler les prochaines. C’est un travail qui ne finit jamais. Combien de temps faut-il pour que nos enfants se brossent les dents sans que je leur rappelle ? Une moyenne de 10 à 11 ans. Ce n’est qu’un exemple de la patience qu’il faut avoir.

4. Arrêtez de ramasser du bois

Lorsque vous passez une mauvaise journée , n’importe quelle étincelle enflammera le feu. Accordez-vous un moment, faites quelque chose qui vous fera sentir mieux et arrêtez de ramasser du bois pour le feu. À un moment donné, il faut arrêter. Beaucoup d’entre nous rentrent stressés par le travail et nous n’avons pas une seconde pour nous reposer que nous avons déjà commencé avec des obligations parentales ou maternelles. Au quotidien, nous n’avons pas le temps de nous déconnecter et de pouvoir rentrer chez nous sans le stress du travail. Il y a beaucoup de parents qui m’ont dit que si au moins j’avais un moment pour moi, je pourrais peut-être mieux prendre soin de mes enfants, mais je ne l’ai pas. Pour tous ceux qui ressentent cela, je recommande la pratique de la pleine conscience.

5. Faites preuve d’empathie lorsque votre enfant exprime une émotion

Toute émotion, bonne ou mauvaise, doit être entendue. Pour faire preuve d’empathie, nous devons faire comprendre à notre enfant que nous comprenons ce qu’il ressent. Ils apprendront ainsi à accepter leurs propres sentiments, ce qui est la première étape pour apprendre à les gérer. Une fois que les enfants peuvent gérer leurs émotions, ils peuvent également gérer leur comportement.

Le cerveau du nourrisson est un cerveau immature qui n’a pas encore développé la capacité de faire preuve d’empathie et qui ne le fait pas non plus. gérer ses émotions. Nous pouvons vous aider dans ce processus en parlant des émotions à la maison, en nommant ce que vous ressentez et en vous aidant à les réguler.

6. Traitez votre enfant avec respect

Lorsque les enfants sont traités avec respect , ils ont plus envie de bien se comporter et de traiter les autres avec respect. Il suffit de comprendre que votre enfant mérite votre respect plus que quiconque.

7. Quand tu te mettes en colère, ARRÊTE

Arrête ça, ferme ta bouche. Ne faites rien et ne prenez pas de décisions. Respirez profondément. Si vous criez déjà, arrêtez-vous au milieu de la phrase. Ne continuez pas tant que vous n’êtes pas calme. Parler, punir ou agir lorsque vous êtes en colère augmente considérablement la probabilité de prendre de mauvaises décisions, de crier au lieu de parler, d’utiliser des punitions exagérées et non éducatives et d’agir de manière disproportionnée. Nous vous invitons à lire notre article sur les 10 clés pour utiliser le droit punition.

8. Respirez et réalisez vos sentiments

Lorsque vous vous mettez en colère contre votre enfant et que vous ressentez de la colère et de la colère, restez en dehors de la situation si possible et respirez. Lavez-vous le visage et pensez à ce qui se cache sous cette colère qui est souvent la peur, la tristesse et la déception. Donnez-vous un espace pour le ressentir et pleurer si vous le ressentez, alors vous verrez la colère disparaître.

Si les deux parents sont présents, vous pouvez vous entraider. Si l’un d’entre vous perd le contrôle, l’autre peut prendre les rênes en disant « laissez-moi m’occuper des enfants, vous pouvez aller cuisiner le dîner si vous voulez ». De cette façon, le parent le plus nerveux peut quitter la situation et se calmer et le parent qui est plus calme peut rediriger la situation qui s’est produite beaucoup mieux.

9. Trouvez votre propre sagesse

Analysez la situation de manière objective. Maintenant que vous n’êtes plus en colère, ce sera plus facile. Pensez à que voulez-vous atteindre et quelle est la meilleure façon de le faire ? Vous voulez que votre enfant vous obéisse, soit patient et répète la règle autant de fois que nécessaire, même l’aider physiquement à le faire, se tenir la main et guider ses pas. Vous voulez que votre enfant vous respecte, enseignez-lui par l’exemple. Vous voulez bien éduquer votre enfant, le faire par reconnaissance et par affection et non par des cris et des punitions. Fixez vos objectifs et définissez également vos étapes. Apprendre prend du temps et de la patience, votre enfant ne peut pas tout apprendre la première fois, au contraire, il n’apprendra rien la première fois.

10. Prenez des mesures positives, trouvez un endroit calme

nous avons tous vécu ces moments de tension à la maison, des moments qui génèrent une grande détresse émotionnelle et où chaque mouvement ne fait qu’augmenter la tension. Certains crient, d’autres pleurent, personne ne fait ce qu’ils ont à faire et il semble que rien ne puisse Arrêtez cette montée de colère. Que pouvons-nous faire ?

  • Demandez à votre enfant de prendre un temps mort : le temps mort. Un à chaque endroit jusqu’à ce que la colère disparaisse.
  • Excusez-lui.
  • Aidez votre enfant à gérer la colère qu’il ressent, à se sentir compris, à expliquer que vous ressentez cela aussi parfois.
  • Trouvez un endroit calme où vous cacher sous un grand drap pour laisser passer la colère et la rage. Cette technique est particulièrement destinée aux jeunes enfants. Les cabanes pour les plus petits sont des endroits sûrs où l’on peut se cacher de cette colère.
  • Lisez une histoire après l’autre, jusqu’à ce que la colère disparaisse. Ce serait comme utiliser des techniques de distraction jusqu’à ce que l’émotion disparaisse.

Parfois, il suffit de faire un pas pour aider notre enfant à se sentir mieux afin que la colère disparaît.

L’émotion s’accompagne de quelques sensations physiques parfois très fortes. puissants et ils ont besoin d’un certain temps pour disparaître. Il s’agit d’aider nos enfants à réguler cette courbe, afin qu’elle diminue le plus rapidement possible. Le cri fait exactement le contraire, il élève cette courbe au maximum, ce qui rend plus difficile sa disparition.

En aidant nos enfants à bien gérer leurs émotions, nous apprendrons beaucoup des nôtres et cela nous rendra tous meilleurs. Lorsque j’ai pris l’idée d’être un meilleur parent, je deviens une meilleure personne et j’aide mes enfants à s’améliorer aussi. Nous gagnons tous si je décide d’éduquer sans crier.

Article mis à jour le 27/04/2020 à partir de sa publication initiale le 06/01/2015

Mireia Navarro Pour plus d’informations, veuillez contacter

contactez-nous

Partager :